Offre de thèse à l’Université de Lorraine

Laboratoire(s) d’accueil : UMR 1136 Interactions Arbres-Microorganismes

Directeur et Co-directeur de la thèse : Rouhier Nicolas (Univ. Lorraine) – Olivier Keech (University of Umeå, Umeå Plant Science Centre)

Pôle scientifique : A2F

Nature de la Bourse : LUE Internationale

Assemblage du complexe I respiratoire chez les plantes

Les centres fer-soufre (Fe-S) assurent entre autres des réactions de transfert d’électrons, activent les substrats pour les réactions catalytiques ou fournissent des atomes de soufre pour la biosynthèse des vitamines. Les mitochondries sont des organites où la demande en centres Fe-S est élevée, notamment parce que la chaîne respiratoire de transport d’électrons repose sur l’assemblage et le fonctionnement corrects de 8 centres Fe-S dans le complexe I, 3 dans le complexe II et 1 dans le complexe III. Bien que la fonction de ces complexes soit universellement conservée, des différences existent lorsque l’on compare leur composition chez les champignons, les animaux et les plantes.

Chez les plantes, le complexe I est composé d’environ 40-50 protéines qui forment un bras intégré à la membrane et un bras matriciel. Dans ce complexe, les 8 centres Fe-S sont liés par 5 sous-unités localisées dans le bras périphérique. L’assemblage du complexe I est un processus sophistiqué, par étapes ; et d’importants défauts de croissance sont observés chez les plantes (maladie grave chez l’homme) lorsque l’assemblage est altéré. Différents intermédiaires sont initialement formés et ensuite assemblés pour former le complexe entier. Bien que de nombreux facteurs d’assemblage (protéines qui ne seront pas présentes dans le complexe final) aient été identifiés chez les plantes, tant pour l’insertion des centres Fe-S dans les apoprotéines que pour l’insertion des sous-unités elles-mêmes, leurs rôles exacts restent pour la plupart inconnus.

Dans ce projet, le titulaire du poste utilisera des approches de génétique et de physiologie (expertise du Dr O. Keech) ainsi que des approches de biochimie et biologie structurale (expertise du Pr N. Rouhier) afin de déterminer la fonction de certains facteurs d’assemblage du complexe I putatifs chez la plante modèle, Arabidopsis thaliana. Ce projet vise à mieux comprendre les mécanismes moléculaires qui coordonnent et régulent l’assemblage de ce complexe, et à évaluer dans quelle mesure ces mécanismes peuvent affecter le métabolisme énergétique mitochondrial en conditions normales et sous stress.

Ce travail étant réalisé en collaboration entre deux universités, le titulaire effectuera ses recherches à la fois à l’Université de Lorraine (Nancy, France) et à l’Umeå Plant Science Centre (Umeå, Suède). Toutefois, le doctorant sera officiellement inscrit à l’Université de Lorraine. La durée du contrat est (initialement) limitée à trois ans. Nous recherchons une personne motivée ayant obtenu un master en biochimie, biologie moléculaire, biologie végétale ou tout autre domaine pertinent. Des compétences en bio-informatique et statistiques seront considérées comme un avantage.

Veuillez envoyer les documents ci-dessous (tous dans un seul fichier PDF) par e-mail à : Nicolas.Rouhier@univ-lorraine.fr, olivier.keech@umu.se, avant le 15 juin 2021

1) Pour les candidats de l’UE : Une copie de votre carte d’identité nationale ou de la page de votre passeport où figure votre photo.

Pour les candidats hors UE : Copie de la page de votre passeport où figurent vos données personnelles.

2) Curriculum Vitae comprenant l’expérience antérieure et les compétences techniques.

3) Lettre de motivation relative au poste (1 page).

4) Copie de votre diplôme de Master et/ou de votre diplôme d’ingénieur s’il existe déjà.

5) Copie de vos notes finales et de votre classement.

6) Coordonnées des personnes de référence (maximum 3, dont votre directeur de thèse de master) : Titre, nom, organisation, e-mail.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Solve : *
21 − 21 =