Nomination de Jérémy Couturier à l’Institut Universitaire de France

Jérémy Couturier MCF à l’Université de Lorraine vient d’être nommé membre junior de l’Institut Universitaire de France dans la promotion 2021 (https://www.iufrance.fr/les-membres-de-liuf/membre/2190-jeremy-couturier.html). Depuis sa création en 1991 une quinzaine de collègues spécialisés dans les sciences végétales ont appartenu/ appartiennent à cet Institut ouvert à l’ensemble des enseignants chercheurs et qui couvre tout l’éventail des disciplines scientifiques et littéraires. Un bref résumé de la carrière de Jérémy Couturier est fourni ci-dessous. Toutes nos félicitations à Jérémy !

Après un parcours universitaire entièrement accompli à l’Université Poincaré de Nancy, Jérémy Couturier a obtenu son doctorat de biologie forestière réalisé sous la supervision de Michel Chalot (UMR1136 IAM, Interactions Arbres/Micro-organismes) en novembre 2007. Les principaux thèmes de recherches abordés au cours de ce travail de thèse concernaient l’absorption et la remobilisation de l’azote chez le peuplier. Entre février 2008 et septembre 2013, il a poursuivi par un post-doctorat au sein de l’équipe Réponse aux stress et Régulation Redox de Jean-Pierre Jacquot et a travaillé avec Nicolas Rouhier autour de deux grands thèmes principaux. Le premier portait sur la caractérisation biochimique et structurale des glutarédoxines de plantes (GRXs) tandis que le deuxième concernait l’implication de certaines GRXs dans la biogenèse des centres fer-soufre (Fe-S) et la régulation de l’homéostasie du fer chez les plantes. Au cours de cette période doctorale, il également effectué un séjour de quelques mois au sein du laboratoire du Professeur Karl-Josef Dietz à l’Université de Bielefeld (Allemagne). Depuis sa nomination en tant que Maître de Conférences à l’Université de Lorraine, il poursuit ses activités de recherche au sein de l’UMR IAM et de l’équipe Réponse aux stress et Régulation Redox autour de trois grands thèmes principaux. Dans la continuité de son post-doctorat, le premier thème de recherche (axe redox) concerne la caractérisation de protéines de la superfamille des thiorédoxines dont la fonction est reliée à la régulation redox. Le second thème de recherche porte sur l’étude des mécanismes moléculaires impliqués dans la biogenèse des centres Fe-S au niveau des mitochondries et des chloroplastes. Depuis 2017, dans le cadre d’un projet ANR JCJC, il développe un troisième axe de recherche qui concerne les mécanismes moléculaires impliqués dans la mobilisation et le transfert de soufre chez les plantes. Ce projet porte notamment sur le rôle des sulfurtransférases (STRs), protéines à domaine rhodanese, catalysant le transfert d’un atome de soufre d’un donneur à un accepteur, et pour lesquelles peu de données existent chez les plantes. Les premiers résultats suggèrent que certaines de ces protéines pourraient jouer un rôle dans la synthèse de sulfure d’hydrogène (H2S) et les voies de signalisation associées au travers de la persulfuration des protéines (formation d’un groupement persulfure SSH sur les cystéines), mécanisme de régulation redox encore peu décrit chez les végétaux. Dans le cadre de sa nomination à l’Institut Universitaire de France (IUF) à l’automne 2021, Jérémy développera un projet visant à décrypter les mécanismes moléculaires de la persulfuration des protéines chez les plantes. Le rôle de certaines STRs et des systèmes réducteurs TRX et GRX seront tout particulièrement étudiés.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Solve : *
25 × 5 =